La soirée de ce mardi 27 septembre a été mouvementée devant la préfecture de Saint-Denis. Livrés à eux-mêmes, les 39 migrants sri-lankais sortis de leur zone d’attente se sont retrouvés sans endroit où dormir, alors qu’une solution de relogement aurait dû leur être apportée. La maire de Saint-Denis, Ericka Bareigts, rappelle que le problème d’hébergement des migrants ne concerne pas seulement sa commune, mais l’ensemble de l’île et qu’il revient à l’Etat d’agir face à cette problématique.